Rechercher
  • Stéphane Nave

Le surplus d'épargne, un effet non attendu des confinements successifs


En 2020, l’épargne des Français atteignait des niveaux records, 200 milliards d’euros, contre 100/130 milliards en général. En 2021, la tendance est toujours à l’épargne.

Depuis le début de la crise, on assiste à un engouement pour l’épargne sans précédent, entrainant aujourd’hui un surplus d’épargne de 157 milliards d’euros.



D’où provient cette épargne ?


Les différents confinements, et surtout le premier qui était plus strict, ont contraint les Français à se constituer une épargne de précaution. Ceci en raison d’une difficulté à dépenser, ou bien de la peur du chômage ou d’une baisse de salaire.


Qui a épargné ?


Les ménages français les plus aisés. En effet, ils ont une plus grande capacité à dépenser en loisirs que les ménages moins aisés. Ces derniers dépensent une plus grande partie de leur argent sur des dépenses dites « obligatoires », qu’en loisirs.


Où est partie cette épargne ?


L’argent dit « Covid » se trouve essentiellement sur les comptes courants. Depuis le début 2021, les dépôts bancaires sont de 71,9 milliards d’euros, en attente d’être dépensés. Ensuite il y a les livrets A, puis les Livrets Développement Durable.


Les contrats d’assurance-vie regagnent des points par rapport à 2020. Ils étaient de 15 milliards d’euros sur l’année 2020, ils sont aujourd’hui de 20 milliards d’euros en sept mois. Ce regain provient surtout des contrats en unités de comptes (21 milliards d’euros), les fonds euros étant toujours en négatifs (-1,2 milliards d’euros). Comme le dit Olivier GARNIER (Directeur Général des études de la Banque de France), « Au début de la crise, on voyait que l’épargne forcée se dirigeait vers les dépôts, maintenant elle se dirige davantage vers les assurances-vie en UC qui offrent des perspectives de rendement plus élevées sur le moyen terme ».


Comment est utilisée cette épargne ?


Il ne faut pas penser cette épargne comme inutile ou un manque pour l’économie. En effet, elle permet aux banques de financer les prêts. Ces dernières peuvent financer les projets des entreprises ou des particuliers et ainsi relancer l’économie.


Cette épargne n’est donc pas mauvaise pour l’économie, il faut juste savoir la réinvestir à bon escient. Ce peut être dans des fonds labélisés « Relance » créés par le ministère de l’Économie. Ces fonds permettent aux épargnants d’identifier les organismes de placement collectifs (OPC) apportant une réponse aux besoins de financement des entreprises françaises, cotés ou non, et ainsi de mobiliser l’épargne pour la relance.

1 vue0 commentaire